Accueil   Grèges   Commander   Revue   Livres   Livres d'artistes   Auteurs   Contact

 
     
Le Faust oriental
Friedrich Maximilian Klinger

14 x 19 cm, tiré à 500 exemplaires sur Centaure naturel 110 g. Traduit de l’allemand & présenté par François Colson.

20 euros
Commander l'ouvrage

Le Faust oriental constitue la suite des Voyages avant le déluge (Éd. Ressouvenances, 2001), et le deuxième roman consacré par Klinger à la figure de Faust. Il date de 1797, et prolonge la réflexion initiée par l’auteur dans La Vie de Faust (1791, trad.fr. parue aux Éd. Grèges, 2005) sur les mécanismes du pouvoir, sur les méthodes de ceux qui l’exercent et sur le sort de ceux qui le supportent. Ce roman est traduit ici pour la première fois en français.

En homme d’État scrupuleux, le grand vizir Abdallah voit ses glorieuses actions mériter de figurer dans l’empyrée parmi les plus belles de l’humanité. Mais un souci excessif de la vertu dans l’administration de la chose publique le pousse à conclure un pacte avec un esprit supraterrestre : son intransigeance vertueuse aura alors un effet calamiteux. C’est loin de sa patrie ravagée qu’il retrouvera sa sérénité d’homme et après s’être dépouillé de ses hautes responsabilités. Plaçant l’action dans le décor idéal de l’Orient pour mieux s’adresser à l’Occident, Klinger poursuit sa réflexion sur le rôle de l’individu dans la société et les vertus controversées de l’enthousiasme. Les rapports entre le Calife, dépossédé de son pouvoir par un entourage despotique, et le conteur vagabond Ben Hafi, jouissant d’une dangereuse liberté d’expression, atteignent, dans cette suite aux Voyages avant le déluge, une nouvelle dimension de solidarité qui triomphe des vicissitudes de la vie.

Après Voyages avant le déluge, le conteur se propose de faire le récit de ses propres pérégrinations. Mais bravant les menées du Grand Vizir pour le réduire au silence, il leur fait précéder les aventures d’un certain Abdallah, grand vizir modèle qui aspire à la vertu politique absolue, et qui conclut à cet effet un pacte avec un esprit surnaturel, tout comme jadis le pacte du Faust occidental avec les forces souterraines devait garantir à celui-ci la jouissance sans restriction de la nature humaine. Or la connaissance parfaite des conséquences de son action bien intentionnée paralyse en lui toute action et se révèle calamiteuse. L’enthousiasme, d’abord écarté au bénéfice exclusif de la raison, doit subir une métamorphose pour amener une fusion des plans, dans un retournement inattendu de l’intrigue en suspens. La réunion de l’Orient et de l’Occident ouvre une perspective de bonheur infini au moment même où en 1797 l’Europe garde un souvenir glacé de la Terreur en France. Le conteur et l’homme de pouvoir se révèlent d’une indissociable complémentarité.


 

 

 

Autour de l'ouvrage :

La Vie de Faust

(Pas d'autre œuvre aux éditions Grèges)

 

 

         

 

Retrouvez ici nos annonces événementielles. - Plan du site