Accueil   Grèges   Commander   Revue   Livres   Livres d'artistes   Auteurs   Contact

 
     
Connaissez-moi par mon inconnu
Michael Strunge

Michael Strunge, Connaissez-moi par mon inconnu, anthologie composée et traduite du danois par Pierre Grouix.

13 euros
Commander l'ouvrage

Né en 1958, Michael Strunge jouit d’un statut unique dans la poésie danoise contemporaine. Ange rimbaldien ou enfant terrible, il se fait connaître très tôt par son premier recueil (La Hâte de la vie, 1978).

Strunge est le principal représentant de la poésie danoise des années 1980 (Soren Ulrik Tomsen, Pia Tafdrup). Sa poésie est d’inspiration urbaine et met en oeuvre une mythologie cohérente, très personnelle, théâtrale et lyrique. L’une de ses principales sources d’inspiration est la musique punk, de laquelle il apprend le refus des normes établies. Ses livres, une dizaine de recueils de poésie, n’ont cessé d’être réédités jusqu’a la publication de ses œuvres complètes, sous le titre Samlede Strunge, en 1995 chez Borgen, le plus grand éditeur danois. Jouant sur son nom, Strunge avait pris comme exergue de vie ces mots de David Bowie : « Turn and face the strange ». Il s’est suicidé en 1986.

Samlede Strunge est un livre de 999 pages. En 2003, il en est a sa onzième édition, ce qui dit bien le goût du public danois pour la poésie de Strunge. De Livets hastighed (1978) a Billedpistolen (1985), ce livre épais dont la couverture noire évoque une météorite reprend l’intégrale des onze recueils. L’anthologie que nous proposons aujourd’hui au public français emprunte sa matière aux principaux recueils et donne une image assez juste des différents horizons poétiques de Strunge. Nous avons d’abord retenu des poèmes différents par la forme (jusqu’a l’élégie, rarissime au Nord de l’Europe), la tonalité (punk notamment, de nombreuses pièces étant inspirées de Joy Division ou de New Order), le contenu (avec une préférence pour les thèmes urbains et nocturnes) ; poèmes qui reflètent les métamorphoses d’une écriture sur dix ans. Nous avons veillé à rendre une certaine atmosphère strungienne, a la fois très personnelle et reflet d’une époque dans un pays (voir « Decay 1978 »). Le titre est emprunté a un poème de Stunge et renvoie au jeu sur les identités, à l’importance de la thématique du masque.

 

 

 

Autour de l'ouvrage :

Grèges n°8 Strunge Michael
  Poèmes Traduits du danois par P. Grouix

(Pas d'autre œuvre aux éditions Grèges)

Presse :

Michael Strunge, Connaissez-moi par mon inconnu

La poésie de Michael Strunge danse sur le fil et, même lorsqu’elle tombe, elle se rattrape à un autre fil, comme l’araignée sauteuse du Guatemala, et poursuit son chemin.

Car cette écriture dégringole souvent, bousculée par la violence d’un chagrin très jeune qui tourne à la crise, et la provocation narcissique d’une euphorie forcée. Pourtant, malgré ce travail de sape que s’inflige le langage, le coeur tient bon et s’affirme invincible.

Fascination de voir comment cette permanente mise en danger porte, c’est-à-dire soulève de terre et nous offre, la certitude de servir un secret plus grand qu’elle, comment la parole joue la mort, pour tenter de contrer sa destruction réelle.

Vortex

Dans un maelstrom de lumière de grande ville qui colore l’asphalte à la Pollock, les voici aspirés vers des boules de vif-argent qui tels des sens voyagent par la ville. Les yeux sont à présent des publicités lumineuses ; les narines, des voitures puantes ; les oreilles, des voitures tapageuses. Les coeurs sont les cloches de la mairie pompant l’essence à travers les rues. Ils étirent le jour à travers toutes les fenêtres. Depuis le pylône de la radio, on envoie des ondes d’arc-en-ciel de sperme vers toutes les grandes villes féminines du monde.

Dans un tourbillon de sirènes, les voici jetés et leurs corps régénérés au milieu de la semaine. La ville dort en plein jour.


Philippe Rahmy - mai 2005

 

 

         

 

Retrouvez ici nos annonces événementielles. - Plan du site